Voir les photos (3)

Eglise Saint-Jean-Baptiste

Edifice religieux, Site et monument historiques à Rivière-Salée
  • Cette église, au clocher unique percé de claustras, présente l’aspect le plus récent d’un édifice soumis à des reconstructions récurrentes.

  • En 1715, les habitants se plaignent au Conseil souverain de la Martinique de devoir se rendre au Cul-de-Sac-à-Vaches ou au Trou-au-Chat pour entendre la messe. En 1716, la nouvelle paroisse est placée sous la protection de Saint-Jean-Baptiste et confiée aux Capucins. Toutefois, faute de prêtre, la paroisse est desservie par le curé des Trois-Ilets ou celui du Trou-au-Chat. En 1758, elle est amputée d’une partie de son territoire par la création de la paroisse du Saint-Esprit des Coulisses....
    En 1715, les habitants se plaignent au Conseil souverain de la Martinique de devoir se rendre au Cul-de-Sac-à-Vaches ou au Trou-au-Chat pour entendre la messe. En 1716, la nouvelle paroisse est placée sous la protection de Saint-Jean-Baptiste et confiée aux Capucins. Toutefois, faute de prêtre, la paroisse est desservie par le curé des Trois-Ilets ou celui du Trou-au-Chat. En 1758, elle est amputée d’une partie de son territoire par la création de la paroisse du Saint-Esprit des Coulisses.

    Au XVIIIème siècle, le bourg est très modeste et l’église bien vétuste. En 1787, un préfet apostolique constate que l’édifice est mal entretenu, qu’il n’y a ni livres, ni linge en état de service, ni presque aucun ornement.

    Il faut attendre le milieu du XIXème siècle pour que le culte soit convenablement rétabli. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l’église est avenante, avec son bénitier et son autel de marbre, mais trop petite pour accueillir les fidèles. C’est l’architecte Marcel Salasc qui est chargé du projet et la reconstruit dans un esprit moderniste en béton armé avec un clocher aux lignes géométriques et aux impostes ajourées en béton permettant de rafraichir le bâtiment.

    En 2007, l’église subit d’énormes dégâts occasionnés par le cyclone Dean et le tremblement de terre : trois ans de travaux sont nécessaires pour mener à bien sa restauration. Le 28 janvier 2011, l’église Saint-Jean-Baptiste est inaugurée avec sa nouvelle façade.
Rechercher
Fermer