Mémorial de la catastrophe de 1902 Musée Franck A.Perret Saint-Pierre Martinique
©Mémorial de la catastrophe de 1902 Musée Franck A.Perret Saint-Pierre Martinique|MDES
Mémorial de la catastrophe de 1902Musée Franck A. PerretSaint-Pierre après l'éruption de la Montagne Pelée

Visite au Mémorial de la catastrophe de 1902 – Musée Franck A. Perret

Aujourd’hui, direction Saint-Pierre où je débute ma visite par le musée Franck Perret, qui offre une plongée émouvante dans les événements qui ont conduit à l’éruption dévastatrice de la Montagne Pelée le 8 mai 1902 et à la destruction complète de la ville et de son histoire.

C’est un musée à taille humaine, très riche en objets, documents et témoignages…

Un site exceptionnel

Au pied de la Montagne Pelée

Le musée est situé sur le site exceptionnel de l’ancienne batterie d’Esnotz, qui domine la ville et s’ouvre sur le large panorama de la baie de Saint-Pierre dominée par la Montagne Pelée.

Fondé en 1933 par le vulcanologue Frank A. Perret, témoin de la deuxième séquence d’éruptions en 1929, il s’agit du plus ancien musée de la Martinique.

Ce Musée de France est consacré à l’éruption de la Montagne Pelée, privilégiant une approche culturelle de la catastrophe, mettant en avant l’expérience vécue par les Martiniquais et son retentissement mondial.

  

Batterie d’Esnotz 

Cette batterie militaire, construite en 1694 sous l’impulsion de Nicolas de Gabaret, servait à défendre la ville en cas d’attaque grâce aux canons encore visibles.

Dès mon arrivée au musée, je suis frappée par son architecture impressionnante. Le bâtiment sobre et élégant, aux lignes contemporaines épurées, a été conçu par l’architecte Olivier Compère. Sa façade aux éclats noirs et argentés de bois brûlé se détache sur le bleu de la mer Caraïbe, faisant écho à l’histoire tragique de Saint-Pierre.

Ce mélange d’éléments modernes et de vestiges de l’ancienne ville détruite crée une atmosphère à la fois poignante et révélatrice.

 

Immersion au cœur du Musée

 

À l’accueil, l’hôtesse me remet un audioguide pour une visite en autonomie. Trois parcours sont proposés et peuvent être alternés à votre convenance :

  • Un parcours « famille » adapté aux jeunes enfants
  • Un parcours « détaillant » les 400 objets exposés
  • Un parcours « narratif » avec des témoignages contemporains, des scènes de vie et des histoires sur la ville de Saint-Pierre, offrant une immersion totale dans l’histoire et la vie des Pierrotins

Tous les audioguides, descriptifs et informations sont également disponibles sur l’application Smartify (disponible en français, créole, anglais, espagnol, italien et allemand).

   Je ressens une certaine solennité en franchissant les portes et en pénétrant dans cet endroit chargé d’histoire.


  

Comptez 1 petite heure pour cette visite.

Les expositions permanentes

Avant l’éruption

Les expositions permanentes du musée Franck Perret sont extrêmement bien conçues et documentées.

Je commence par la salle qui explore la période précédant l’éruption, quand Saint-Pierre était une ville prospère et animée, surnommée « le Petit Paris des Antilles ». Des photographies d’époque et des objets du quotidien sont exposés, permettant de se faire une idée vivante de la vie dans cette cité florissante.

Le jour de l’éruption

En avançant, je suis impressionnée par la salle dédiée à l’éruption elle-même. Les images et les récits qui y sont présentés sont saisissants.

On y découvre des photographies capturées peu de temps avant la catastrophe, montrant la Montagne Pelée fumante et les signes précurseurs de l’éruption imminente.

Des témoignages émouvants de survivants et de témoins oculaires sont rassemblés, donnant vie à l’horreur et à la panique ressenties à l’époque…

On peut y voir des objets déformés, fondus ou agglomérés sous l’effet de la chaleur intense, comme la cloche en bronze de l’église Saint-Etienne-du-Centre, la grille du cachot de Cyparis ou encore des objets issus des fouilles archéologiques menées à Saint-Pierre ces dernières années.

L’hommage aux victimes

Pour moi, le point culminant de la visite est l’espace commémoratif dédié aux victimes de la catastrophe.

Les noms des personnes décédées sont affichés, créant ainsi une connexion personnelle avec ceux qui ont perdu la vie ce jour-là. On se rend compte de l’ampleur de la tragédie et de la souffrance que les habitants de Saint-Pierre ont endurées.

Après l’éruption

En explorant les différentes expositions, j’en apprends davantage sur les répercussions de l’éruption de 1902. La ville de Saint-Pierre a été totalement dévastée ; il a fallu des années pour se reconstruire et retrouver une certaine normalité.

Le musée aborde également les conséquences scientifiques de cette catastrophe, notamment les avancées dans le domaine de la volcanologie grâce aux recherches de Franck Perret lui-même.

Les petits +

Les Conférences

Le musée propose également des conférences et des projections de films qui approfondissent les différents aspects de la catastrophe, au cours desquelles des experts partagent leurs connaissances et répondent aux questions des visiteurs. C’est une occasion unique d’en apprendre davantage.

L’arme du lieutenant Marie

À l’occasion de la commémoration du 8 mai, le musée expose une pièce unique, un pistolet ayant appartenu au lieutenant Marie disparu dans la catastrophe. Il a été retrouvé dans les débris de l’éruption de la Montagne Pelée en 1902, il a été prêté par le Musée de la Gendarmerie Nationale.

Dans le cadre des 120 ans de l’éruption de la montagne Pelée, le Musée Frank A. Perret – Mémorial de la catastrophe de 1902 présente une exposition sonore en deux parties.

« Le souffle de Saint-Pierre »

« Le souffle de Saint-Pierre » est une série de 12 séquences sonores dispersées dans la ville, commémorant les 28 000 victimes et les nombreuses vies affectées par l’éruption volcanique de 1902. À travers ces moments historiques intenses, écoutez des anecdotes familiales au cœur de la catastrophe.

« Mémoires incandescentes »

« Mémoires incandescentes » est une série de podcasts sonores basés sur des récits de la catastrophe de 1902, mêlant mémoire et témoignages vécus. À travers des rencontres et partages, ces enregistrements capturent voix et émotions, préservant ainsi la mémoire vivante de l’événement.

Allez-y de notre part !

🔎 À ne pas manquer aux alentours !

 

Partez ensuite parcourir cette ville à la découverte de son histoire, des nombreux vestiges de l’ancien « Petit Paris des Antilles » : la cathédrale, les ruines du théâtre, celles de la prison, de l’hôpital, la Maison de la Bourse

J’aime aussi prendre le temps de faire mon marché, de découvrir de nouvelles boutiques et de me balader dans les petites ruelles pavées…

Rechercher
Fermer