Pêche à la senne Filet Carbet Martinique
©Pêche à la senne Filet Carbet Martinique|MDES
Une Tradition AncestraleKout senn

La Pêche à la Senne en Martinique

La Martinique, perle des Caraïbes, est non seulement réputée pour ses paysages époustouflants et sa culture riche, mais aussi pour ses techniques de pêche traditionnelles, notamment la pêche à la senne. Cette méthode, héritée des ancêtres, demeure un pilier de l’économie locale et un symbole de la richesse maritime de l’île.

Comment se pratique la pêche à la senne ?

• Les Origines de la Pêche à la Senne

La pêche à la senne en Martinique trouve ses racines dans les pratiques ancestrales du peuple martiniquais. Adaptée au fil du temps, elle est devenue une méthode privilégiée par les pêcheurs locaux. La technique consiste à utiliser un grand filet, « la senne », pour encercler les bancs de poissons et les capturer efficacement.

   La pêche à la senne a des règles établies : taille de la maille du filet, afin de ne pas détruire les fonds marins. Le pêcheur doit avoir une autorisation pour senner. Elle se pratique avec deux ou trois bateaux, des hommes, certains à bord, d’autres dans l’eau pour surveiller l’avancement du filet vers la plage.

• Technique et Pratique

La senne est un filet vertical, pourvu de flotteurs en sa partie supérieure et alourdi à sa base, permettant ainsi de couvrir un large spectre de la colonne d’eau. Les pêcheurs déploient la senne, qui varie entre 100 m et 600 m, depuis leurs embarcations, souvent en eaux peu profondes, et encerclent les bancs de poissons. Une fois les poissons entourés, le filet est resserré et remonté, capturant ainsi les poissons.

Mon Coup de Senne en Martinique

Ce dimanche, je suis conviée par mon ami Lucien Louri pour une expérience authentique de pêche à la senne. Nous partons avant l’aube vers le Carbet, le début de la pêche étant fixé à 4 heures du matin à la plage du Coin Sud. Alors que le soleil n’a pas encore percé l’horizon, notre équipe est déjà sur le pied de guerre, prête à tirer le filet. Au loin, une faible lueur m’indique la position des yoles, encore distantes d’une centaine de mètres du rivage.

Alignés les uns derrière les autres nous enfilons nos gants et dans un effort coordonné, nous commençons à ramener le filet vers la plage.

  La cohésion !

Ce que je trouve génial, c’est que l’aide des résidents est spontanée et il n’est pas rare que les vacanciers se mêlent au groupe.

Deux heures s’écoulent dans cette ambiance bonne enfant mais efficace. Un rassemblement de pélicans et d’autres oiseaux nous rejoint, anticipant le banquet à venir. Finalement, le filet émerge, dévoilant une pêche très abondante ce jour-là : vivaneaux, poissons-perroquets, watalibis, sardes, coulirous, balaous, marian et bien d’autres. Les raies, les tortues et les poissons-globes capturés par accident sont délicatement remis à la mer.

• Impact Écologique et Gestion Durable

La pêche à la senne est pratiquée avec une conscience aiguë de la nécessité de protéger l’écosystème marin. Des réglementations strictes sont mises en place pour garantir que cette pratique reste durable, avec des périodes de repos biologique et des quotas de pêche.

  

Cette matinée de pêche à la senne, riche en traditions et en découvertes, m’offre un aperçu de la biodiversité marine de la Martinique et de l’harmonie entre les pêcheurs, le public et leur environnement.

Une fois le bateau sorti de l’eau et installé sous son abri, il est de tradition que chaque participant reparte avec quelques poissons, de quoi préparer son blaff, son court-bouillon ou son poisson grillé.
Le pêcheur vendra ensuite son butin directement depuis son bateau ou sur le marché.

Rechercher
Fermer