Voir les photos (3)

Le Mémorial de l'Anse Caffard

Site et monument historiques, Stèle, statue à Le Diamant
  • Le mémorial Cap 110 de Laurent Valère, un artiste martiniquais, a été édifié en 1998 à l’initiative de la ville du Diamant à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

  • Un peu d'histoire :
    Le site a été choisi en hommage aux victimes du dernier naufrage du négrier de l’histoire de la Martinique. Aux abords de l’Anse Caffard, du nom du colon Jean Caffard, le navire transporte des esclaves et s’échoue en pleine tempête la nuit du 8 avril 1830, alors que la traite est déclarée illégale. Le bateau est entièrement détruit, son nom et sa nationalité ne sera jamais établis. Sur près de 300 individus, on compte 86 rescapés. 46 cadavres furent repêchés et inhumés au...
    Un peu d'histoire :
    Le site a été choisi en hommage aux victimes du dernier naufrage du négrier de l’histoire de la Martinique. Aux abords de l’Anse Caffard, du nom du colon Jean Caffard, le navire transporte des esclaves et s’échoue en pleine tempête la nuit du 8 avril 1830, alors que la traite est déclarée illégale. Le bateau est entièrement détruit, son nom et sa nationalité ne sera jamais établis. Sur près de 300 individus, on compte 86 rescapés. 46 cadavres furent repêchés et inhumés au cimetière.

    L’œuvre :
    Déposée à même le sol forme un ensemble de quinze bustes de personnages affligés, présentés de manière serrée, en triangle. Construites en béton armé et blanchies au sable de Trinité-et-Tobago, chacune des statues pèse quatre tonnes pour une hauteur de 2,50 mètres. Elles sont orientées au cap 110 (est-sud-est), en direction de l’Afrique et du golfe de Guinée, d’où leur nom. Toutes présentent un même visage penché dans le même sens, accablé, les yeux baissés vers la terre et la mer. Elles figurent la foule des victimes anonymes de la traite.
Rechercher
Fermer