Voir les photos (5)

Chapelle de la Vierge des Marins

Site et monument historiques, Chapelle à Le Vauclin
  • La Chapelle du Macabou, ou la Chapelle de la Vierge des Marins.

  • Située au grand Macabou sur un promontoire rocheux, la chapelle du Macabou ou la chapelle de la Vierge des Marins domine l’océan Atlantique. La vue y est remarquable. Construite en pierre, elle est dédiée aux personnes qui ont péri en mer. L’intérieur est chargé d’ex-voto. Des statues de la vierge y sont honorées. Précédée d’un calvaire, c’est un lieu de pèlerinage pendant la Semaine Sainte.

    Vous y ferez halte lors des randonnées suivantes : Trace des caps N1, Macouba/Cap Macré, la boucle...
    Située au grand Macabou sur un promontoire rocheux, la chapelle du Macabou ou la chapelle de la Vierge des Marins domine l’océan Atlantique. La vue y est remarquable. Construite en pierre, elle est dédiée aux personnes qui ont péri en mer. L’intérieur est chargé d’ex-voto. Des statues de la vierge y sont honorées. Précédée d’un calvaire, c’est un lieu de pèlerinage pendant la Semaine Sainte.

    Vous y ferez halte lors des randonnées suivantes : Trace des caps N1, Macouba/Cap Macré, la boucle des Mornes, la boucle de Marie Catherine et la boucle de Macabou.

    Un peu du culture : Qu’est-ce qu’un Ex-voto ?
    Qui n'a jamais remarqué, en entrant dans une chapelle du bord de mer, ces maquettes de bateaux, ces petits tableaux ou ces plaques gravées, autant de témoignages directs, au sortir d'une tempête ou d'un naufrage. Adressés à une divinité protectrice, les ex-voto marins sont de tous les temps et de tous les pays ; suivant l'époque et le lieu, ils ont été offerts à Poséidon, à Isis pélagique, au Christ, à la Vierge, aux Saints, à Allah. Quelles que soient les religions ou les cultures, ils nous racontent à leur manière ce milieu si particulier des gens de mer, cette communauté de l'angoisse, au sein de laquelle l'acte votif exprime à la fois le quotidien, l'écume des jours et l'intervention surnaturelle qui sauve un équipage. Tempêtes, ouragans, voies d'eau, chutes de mâts, combats navals : contre tous ces risques de mer, dans le navire désemparé, il n'y a plus souvent qu'un seul recours, la prière, et la promesse, en cas de survie, d'accomplir un pèlerinage ou de déposer dans un temple ou dans une église un objet, gage de foi, rappel du péril auquel on a miraculeusement échappé.
Rechercher
Fermer